Actualités

Partager sur :

Retour sur le 23e congrès Lambda Mu de l'IMDR

03 novembre 2022 Ecole ESTP
Vue 51 fois

Francis CLAUDE et Gilles THING LEO, enseignants-chercheurs de la plateforme technologique Architecture & Management du projet de construction à l'ESTP Paris, et un partenaire de recherche de TOTAL PROFESSEURS ASSOCIES, Jean-Pierre SIGNORET, ont présenté trois communications :

  • Deux communications sur un nouveau métier qui se dessine pour les ingénieurs-managers, la Sustainable Dependability
  • Une communication sur une capacité métier indispensable pour ceux-ci : la prospective environnementale.

Sustainable Dependability : état de l'art

La première communication dresse un état de l'art. Au regard de l'expérience issue des industries à risque, les critères importants permettant aux industriels d'évaluer la performance des systèmes techniques sont la fiabilité, la disponibilité, la maintenabilité (dont la récupérabilité et la logistique de maintenance), et la durabilité (durée de vie utile du système). Au niveau du système sociotechnique, les évaluations portent sur la sécurité industrielle, la sûreté industrielle et la sobriété énergétique. 

Pour un projet de construction, les critères ci-dessus permettent de déterminer la « dependabiltity » de l'ouvrage. Une fois associés aux critères de coût et de délais de réalisation, une évaluation globale de la performance socio-économique du projet est rendue possible. 
Sur le plan environnemental, le respect des réglementations en vigueur permet aujourd'hui de tenir compte des impacts, notamment avec l'ajout d'une analyse du cycle de vie. 

Or, une analyse critique fait apparaître, d'une part, que l'impact local (biodiversité - faune flore, assimilation par les milieux...) n'est pas systématiquement quantifié par les maîtres d'ouvrage, et d'autre part, que l'impact environnemental des projets est calculé de façon totalement indépendante du stock de ressources disponibles et de son taux de renouvellement. Autrement dit, que le caractère « soutenable » des ressources (énergétiques, minerais...) n'est pas explicitement intégré.

Sustainable Dependability : soutenabilité à l'échelle des matériaux

La seconde communication propose l'ajout du critère de soutenabilité à l'échelle des composants (matériaux) qui permet d'envisager une « sustainable dependability » des systèmes ingéniérés. Cette « mise à la terre » des systèmes techniques permet d'envisager une création de valeur soutenable.  
Au-delà de l'éco-conception, cette approche retrouve le sens initial d'un développement soutenable formalisé en 1980 par l'IUCN et repris dans le rapport Bruntland.

Jean-Marc Jancovici utilise le terme de « machines » pour les systèmes ingéniérés qui nous entourent. Les « machines » sont à l'interface de toutes les activités humaines de production et de consommation. Ce sont des objets artificiels qui sont physiquement à l'intersection des enjeux environnementaux, sociaux et économiques. Dans un contexte de très forte incertitude sur les conséquences des différents scénarios du GIEC, les auteurs ont proposé une « mise à la terre » des machines pour concrétiser un développement soutenable.


La prospective environnementale : un outil stratégique pour mettre en œuvre une démarche de sustainable dependability 

Les scénarios du GIEC sont une application connue des techniques de prospectives. L'intégration des enjeux d'un développement soutenable par les entreprises a considérablement allongé leur horizon de gestion (2030-2050). Néanmoins, dans le même temps, l'urgence oblige à une convergence dans le présent de toutes les composantes fonctionnelles de l'entreprise : développement durable, RSE, risques, R&D, innovations, finance, RH, ingénierie, production, marketing, commercial, qualité, etc. Ainsi, la complexité des interactions au sein des entreprises n'a probablement jamais été aussi importante.

Moins connue, la prospective décisionnelle, grâce à la dynamique des systèmes et à l'usage d'outils digitaux collaboratifs, concrétise et facilite pour les managers et leurs équipes, l'appropriation des enjeux et la trajectoire de réalisation des objectifs de leur stratégie.   

C'est en ce sens que la Prospective Environnementale se positionne comme un canevas permettant aux entreprises de tisser une cohérence entre appropriation, anticipation et action afin de mettre en place de nouvelles stratégies leurs apportant innovations et compétitivité. Par extension, la prospective technologique et environnementale fournit une grille de lecture stratégique pour la « Sustainable Dependability » des systèmes complexes soutenables à ingéniérer.
 

lambda mu




J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.